L’hommage symphonique de Jane Birkin

Jane Birkin était la tête d’affiche de la 3ᵉ édition du festival La Symphonie des Arts à Strasbourg, le week-end dernier. La chanteuse est venue présenter son dernier projet dans lequel elle reprend des morceaux écrits par Serge Gainsbourg. Par Léna Kehaili

Un hommage émouvant

Une heure après l’horaire prévu, alors que la météo menaçait d’annuler le concert, Jane Birkin est finalement montée sur la scène. Si le vent et la pluie ont dérangé les musiciens et leurs instruments, la chanteuse est arrivée pour illuminer la scène. Touchante, Jane Birkin n’a pas oublié, durant les deux heures de représentation, le but de son projet.
Ce nouveau disque est une ode à la mémoire de son pygmalion et ancien compagnon. Un projet rendu possible avec le compositeur japonais Nobuyuki Nakajima, qui a ainsi permis de se faire côtoyer la voix de Jane Birkin et les instruments de l’orchestre national de Lorraine.
Sur l’immense scène, l’orchestre a donné un impressionnant spectacle. S’il est peu habituel de voir un orchestre sur une scène en  plein air, ce décalage s’est effacé dès les premières notes de musique.

Birkin1
Jane Birkin (à droite) et l’orchestre national de Lorraine

La symphonie : raisons et origines

Comme Jane Birkin l’a souvent rappelé pour expliquer l’origine de ce projet, Gainsbourg s’est imprégné de la musique classique dans son œuvre. Elle se retrouve explicitement dans certaines de ses chansons.
Après avoir chanté des morceaux qu’il lui a écrit depuis ses débuts en 1969, Jane Birkin avait entrepris un projet similaire, où elle reprenait les œuvres qu’il a signées, avec Arabesque en 1999. Pour les vingt ans de la mort de Serge Gainsbourg, elle a fait une tournée, via Japan, où elle interprétait ses titres accompagnés de quatre grands musiciens japonais. L’année dernière, c’est avec l’Orchestre national de Montréal qu’elle a chanté en son nom. Birkin/Gainsbourg : Le Symphonique est le premier de ces trois hommages à avoir été enregistré en studio.

Birkin2
La 3e édition du festival « La symphonie des arts »

Au cœur d’un festival éclectique

Sur les rives du Rhin, Strasbourg a accueilli un rendez-vous musical incontournable. Trois jours placés sous le signe de la diversité, au prisme de la musique. La veille, Les Violons Barbares ont ouvert le festival. Un trio étonnant qui réunit un percussionniste français et deux violonistes mongol et bulgare. Le samedi, avant le concert de Jane Birkin, c’est un groupe local hip hop aux accents jazzy qui a débuté la soirée. Et le lendemain, Lubenica a clôturé le festival avec de la musique des Balkans. Un festin musical qui a mis en appétit tous les mélomanes.

 

Album : Jane Birkin, Birkin/Gainsbourg : le symphonique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s