Mino Raiola, à la conquête du marché sportif

Sous cette tignasse poivre et sel, son air méditerranéen et son allure jean-tee-shirt bedonnant, Mino Raiola est l’un des plus influents agents sportifs du monde du football. Par Christopher Carrara

Du pizzaïolo au redoutable homme d’affaires

Rien ne prédestinait cet italo-hollandais de 49 ans à devenir un empereur du foot-business. Il débute comme pizzaïolo dans le restaurant de ses parents, « Napoli », avant d’entamer des études de droit. Homme d’affaires dans l’âme, Mino Raiola devient à 20 ans le directeur sportif du club d’Haarlem et monte sa propre société d’agents.

Son premier gros coup fut le transfert de Dennis Bergkamp, second au classement du Ballon d’Or, de l’Ajax à l’Inter Milan en 1993. Un deal qui lui permet d’emblée d’entrer dans la cour des grands du football et d’y étoffer sa clientèle. Il prend sous son aile les plus belles pépites du football, telles que Paul Pogba, Zlatan Ibrahimovic, Blaide Matuidi, Romelu Lukaku, Mario Balotelli, Gianluigi Donnarumma, parmi une cinquantaine de joueurs. Plus de la moitié de sa pépinière est âgée de moins de 25 ans. Une plus-value qui va lui permettre de progresser et de prendre de la valeur. Une valeur qu’il n’hésite pas à négocier au prix le plus fort.

Un requin trop gourmand ?

Sur-médiatisé, Mino Raiola se fait remarquer à chaque mercato. Il monte facilement au créneau pour défendre ses joueurs. Ces dernières semaines, il est la cible de tous les supporters milanais en raison du refus de prolongation du jeune gardien italien Gianluigi Donnarumma, considéré comme le futur de la Squadra Azzura.
Avide d’argent, Mino Raiola s’attire les foudres de la direction et des supporters milanais. Notamment en raison du transfert record de Paul Pogba de la Juventus de Turin vers Manchester United pour qui il a perçu 49 millions d’euros de commission sur les 110 millions de la vente.

Mino Raiola  a une combine généralisée qui pousse à créer de véritables vagabonds en culottes courtes, toujours plus riches, instables tant sportivement que psychologiquement. Il tisse un rapport fraternel avec ses joueurs, puis fait grimper les prix et multiplie les départs. Voilà le dilemme qui oppose joueurs et agent sportif : l’enjeu sportif ou l’argent.

Crédit photo : VALERY HACHE – AFP

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s