Tamino, un mélange d’influences pour un artiste unique

Tout droit venu d’Anvers, et encore trop peu méconnu de la scène internationale et française, Tamino est un artiste talentueux à la musique calme, alliant sa guitare mélancolique et sa voix puissante. Par Léna Kehaili

Tamino n’ayant que 20 ans, nous devons pour l’instant nous contenter des cinq titres de son premier EP éponyme. Comme une introduction de cet artiste prometteur, ces morceaux réunissent déjà certains aspects marqués de son travail, en présentant l’homme qu’il y a derrière. Sorti le 5 mai dernier, l’EP réussit un subtil alliage, contenant des phrases permettant de mettre en lumière quelques caractéristiques intéressantes de son travail.

« Something hides in everything », Habibi

Dès le premier morceau de son disque, Tamino met en place un contraste sonore qui se retrouve dans d’autres titres, mais de manière très accentuée. Montrant une importante amplitude vocale, le refrain, répété de plus en plus aigu, évoque une lumière dans l’ambiance sombre de cette expression d’un amour obsédant. L’influence de la musique occidentale se retrouve particulièrement dans ce premier titre : l’éclectisme de son disque est annoncé.

Tamino.jpg
Tamino au festival de musique pop « GRAP » à Amsterdam, en juillet dernier

« This fills me up with bliss, I wish this wasn’t a dream », Cigar

Nombreux sont ceux qui entendent Jeff Buckley dans les chansons de Tamino. Effectivement, le célèbre interprète de Hallelujah est une des nombreuses influences du chanteur. Le chanteur belgo-égyptien écoute des musiques de toutes origines, mais celui qui porte le nom du prince de La Flûte Enchantée se nourrit aussi d’autres arts. Il explique que c’est le tableau « Crâne de squelette fumant une cigarette » exposé au musée Van Gogh d’Amsterdam qui lui a inspiré ce titre. On le retrouve également dans son clip.

“Leave me there”, Reverse

Sur scène, sa musique épurée se voit avec son matériel. Il ne lui suffit que de quelques guitares pour accompagner sa voix, en correspondance avec ses paroles racontant toujours les aventures d’un « je » seul. Quelques accompagnements accentuent les atmosphères de certains des morceaux de son EP (comme le violon dans Reverse), mais ces contributions restent minimes. L’image du chanteur guitariste maudit ne saurait être tarie.

“It’s never been more aligned”, Indigo night

Au cœur de sa musique, toujours le même contraste : sur une ambiance sombre se pose la voix qui permet quelques lueurs d’espoir. Autour de thèmes récurrents comme l’amour obsédant, la mort menaçante, ou encore la thématique de la rencontre libératrice, Tamino semble s’apparenter à l’image du chanteur troublé que la musique permet de délivrer. A l’image de ce conte à la conclusion onirique, Tamino nous fait voyager en racontant ses histoires tant par leurs paroles que leurs accompagnements.

“Sometimes I feel you taking me there with a smile”, Smile

Comme le montre l’accent optimiste sur lequel cet EP se conclue, la musique de Tamino transmet un sentiment puissant, contradictoire et imposant. Si chaque morceau est teinté d’un fond sombre, une émotion positive s’en dégage toujours. Souvent grâce à la rencontre d’une femme, l’histoire prend une tournure heureuse. De la même manière, en l’écoutant, cette douce joie nous parvient. Il ne reste alors plus aucune raison pour se priver de cet artiste !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s