Trouver le silence dans le vacarme quotidien

Quelques grammes de silence. Résistez aux bruits du monde ! d’Erling Kagge, traduit du norvégien par Hélène Hervieu, publié aux éditions Flammarion, est l’un des livres de l’été. L’auteur et explorateur Erling Kagge nous livre un enseignement tiré d’une exploration intime. Par Cécile Truy

La clé de la paix intérieure

« Si je ne peux m’éloigner du monde ni à pied, ni en escaladant, ni à la voile, j’ai appris à m’en abstraire. Il m’a fallu du temps pour l’apprendre. Quand j’ai compris que j’avais un profond besoin de silence, j’ai pu enfin me mettre à sa recherche – et là, loin derrière une cacophonie de bruits de circulation, de pensées, de musique, de machines, de smartphones et de souffleuses à neige, il était là et m’attendait. Le silence. »

A travers son aventure, ses explorations dans le monde, Erling Kagge a fait l’expérience du silence. Dans son livre, il nous explique comment il est parvenu à l’atteindre malgré tous les bruits qui l’entouraient. Il explique que le silence peut provoquer l’ennui chez certains, et qu’il est souvent synonyme de peur, mais que c’est un phénomène précieux indispensable pour trouver la paix intérieure. C’est lors d’un de ses voyages qu’il rencontre la paix avec sa vie et qu’il remarque que le silence lui offre une nouvelle vision. Il devient plus attentif au monde qui l’entoure :

« Chaque fois que je marquais une pause et qu’il n’y avait pas de vent, je faisais l’expérience d’un silence assourdissant. Même la neige paraît silencieuse quand il n’y a pas un souffle de vent. Je suis devenu de plus en plus attentif au monde dont je faisais partie. Parce que mes sens n’étaient pas émoussés et parce que rien ne venait me déranger. J’étais seul avec mes idées et mes pensées. L’avenir ne jouait plus aucun rôle, le passé je ne m’en occupais pas, je ne faisais plus qu’un avec ma vie présente. Le monde disparaît comme vous vous fondez en lui, affirmait le philosophe Martin Heidegger. C’était exactement ce qui se passait. »

Un privilège à portée de tous

En prenant de nombreux exemples de notre vie quotidienne (les smartphones, les réseaux sociaux, les sorties…), l’aventurier montre que nous passons à côté d’un élément essentiel qu’il compare au luxe : le silence. Erling Kagge pense que peu de personnes peuvent s’adapter aux bruits et que nous sommes forcés de vivre avec. Il explique que cela détériore la qualité de nos vies et que le silence est un privilège que nous pouvons tous nous approprier. Pour cela, il donne des exemples d’exercices qui permettent de le trouver, tels que la méditation ou le yoga. L’auteur explique que nous pouvons aussi le trouver dans le quotidien de chacun : la préparation d’un repas, monter les marches d’escalier… Selon Erling Kagge, le silence peut arriver à tout moment et qu’il suffit de s’écouter pour le créer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s