Florence Leroy Gaussen, l’amour de la scène

Baignée depuis sa tendre enfance dans le monde de l’art, Florence Leroy Gaussen est jusqu’à la pointe de ses boucles, une incontestable amoureuse du théâtre. Un diamant brut qui brille par son authenticité. Portrait. Par Esther Lallier

L’héritage d’une passion

Née à Paris, Florence Leroy Gaussen passe son enfance à Caen où elle suit une formation de danse classique et contemporaine jusqu’à l’aube de ses 16 ans. Au-delà d’un simple hobbie, la danse est pour elle un moyen de s’exprimer. Elle poursuit ses cours au conservatoire de Rennes jusqu’en 2007. Quelques années plus tard, elle n’a qu’un rêve en tête : s’élever sur les planches. C’est sa grand-mère, de son nom de scène Jeanine Marval, une comédienne du conservatoire de Paris qui a joué aux côtés de Gérard Philippe, Michel Bouquet et de Sophie Desmarets, qui lui transmet sa passion du théâtre. Sa vie prend alors un nouveau tournant.

Florence Leroy Gaussen - theatre
Florence dans le rôle du conteur, « À la vie, à la mort (où il est question d’un fou) »

Un parcours enrichissant

En juillet 2013, Florence Leroy Gaussen est sous la houlette de Jean-Laurent Cochet, qui fut également le professeur de grands noms du cinéma et de la scène théâtrale, tels que Gérard Depardieu, Emmanuelle Béart, Fabrice Luchini, Stéphane Guillon… Le temps d’un stage, Monsieur Cochet, comme elle l’appelle, lui apprendra tout son savoir-faire d’art dramatique.

Dans la même année, la jeune comédienne intègre le cours Florent. Elle fait ses premiers pas en 2015 au festival d’Avignon en peaufinant le répertoire classique avec « Dire ou ne pas dire ? » , mis en scène par Chloé Sauvage. L’année suivante, Florence se met dans la peau des animaux de La Fontaine avec « Fables » , mis en scène par Louise Renard. La belle brunette de 28 ans joue ensuite dans les pièces contemporaines de Michel Dupré, « À la vie à la mort (où il est question d’un fou) » et seule sur scène dans « Marie on the web » .

jsfnikon
Dans son court-métrage « Je suis Florence »

Une ouverture sur le cinéma

Après cinq années passées sur les planches, Florence fait une jolie arabesque pour le septième art. À l’occasion du Nikon Film Festival, elle réalise avec Eliott Delage « Je suis Florence » , un court-métrage sur une rencontre fortuite dans le métro. Une autre année, elle joue dans « Je suis Abys » réalisé par Emerson Lefrançois. Deux métrages poétiques qui mettent en lumière des instants précieux de la vie.

Florence Leroy Gaussen est une comédienne, un brin bohème, d’une criante sensibilité artistique. Son ouverture d’esprit, sa curiosité et son amour de l’art l’ont mené là où elle voulait aller : sur la scène.

 

∴ Infos pratique ∴

Les court-métrages

« Je suis Abys » (arrivé à la deuxième place du Nikon Film Festival)
« Je suis Florence »

Ses prochaines représentations

« La princesse de Montpensier »

« La violence d’une passion »

Publicités

Publié par

Journaliste culturelle - Rédac' chef de Culture Frenzy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s