Cleo T., l’univers onirique d’une artiste complète

Entre la France, l’Allemagne ou encore l’Italie, Cleo T. est une citoyenne du monde, influencée par tout ce qui l’entoure. À l’occasion de la sortie de son single “Shine” le 11 avril et de son album “And Then I Saw a Million Skies Ahead” en juin prochain, l’artiste nous fait entrer dans son univers. Par Aubane Lemaire

C’est sous le pseudonyme de Cleo T. que Clémence Léauté a décidé d’exposer son art. Un art complet, car si elle est musicienne, elle travaille aussi sur la poésie, la danse, le théâtre ou encore la vidéo pour créer un spectacle vivant. “Je veux trouver une place pour tout ça dans mon travail, explique-t-elle, et c’est aussi important de décloisonner. Il y a tellement de choses qu’on est obligé de classer aujourd’hui, à commencer par la musique, et ça m’angoisse de devoir me définir en quelques mots. Je crois que je suis multiple.

Polyvalente, elle l’est depuis ses débuts. Petite, elle chantait beaucoup, mais a décidé de faire de la musique à sa manière et de ne pas entrer dans une école de chant. En parallèle, elle s’adonne à la poésie et se forme au théâtre. Elle se rend compte que jouer ne lui permet pas de s’exprimer autant qu’elle le souhaiterait. Cleo T. laisse alors plus de place à la musique, joue dans des groupes aux styles variés avant de démarrer une carrière solo. “Je suis un ‘agglomérat’ de pas mal de choses, et je considère que les supports se complètent. Le plus important, c’est ce qu’on dit, et ça peut être dit sous diverses formes : musicales, poétiques ou visuelles.

Des influences puisées dans tous les styles

Cleo T. considère sa musique comme “atmosphérique”, presque onirique, et pourtant les influences de l’artiste sont très diverses et d’apparence éloignées de son style. “J’adore la musique populaire. Les chanteuses du Moyen-Orient, la chanson française. C’est le concept de la voix qui raconte des choses et qui transmet une émotion. J’adore aussi le blues dans l’esprit de Nina Simone ou Billie Holiday, ce sont des femmes très fortes dont la musique porte. Et puis il y a Elvis Presley bien sûr !

Une autre grande inspiration de Cleo T. est l’histoire de l’art. “À Rome, il y a toutes les civilisations : antique, baroque, la ville actuelle… et ça me porte beaucoup à faire des filiations entre les grandes pensées. L’art de la Renaissance par exemple reste profondément moderne.” C’est sur cette relation entre classique et modernité qu’elle a travaillé dans la vidéo de son single Shine. Rome était aussi une inspiration musicale pour cette artiste qui se plonge au sens propre dans l’art pour composer sa musique. Cleo T. a composé ce nouvel album à la Villa Médicis, qu’elle qualifie de “magique”.

C’est d’ailleurs grâce à ces diverses inspirations que la musique de Cleo T. semble différente, elle ne ressemble à aucune autre, et c’est aussi ce qui plaît à sa créatrice. “Heureusement qu’il y a toutes sortes d’artistes et que tout le monde ne cherche pas à faire la même chose ! Je n’aurais pas réussi à faire des choses sur commande, parce que ce n’est pas mon parcours. Ce qui m’a intéressé, c’est de me dire que j’ai envie de faire une recherche qui est importante pour moi par rapport à mes contemporains, et l’art se diffuse ensuite dans la société.”

Cleo T. veut transmettre des émotions, des sentiments et des sensations dans sa musique. “Mes histoires ne sont jamais très narratives, précise-t-elle, j’ai un sentiment et je le déroule. Ce sont des fragments, des mots qui évoquent des choses, des associations… et après ça fait sens ! Je réfléchis beaucoup et j’écris très rapidement.” L’album est conçu comme un tout, un “parcours”, une “traversée de l’obscurité vers quelque chose de lumineux”, et est construit comme une histoire.

COVER SHine BD
Pochette du single « Shine », sortie prévue le 11 avril.

Des aventures humaines

C’est avec l’aide de musiciens très variés que Cleo T. est parvenue au résultat escompté. Sur son album, elle a invité des artistes aux styles très différents du sien. On retrouve entre autres le musicien palestinien Adnan Joubran ou l’artiste indien Prabhu Edouard. Et encore une fois, tout est une question de sensations et de feeling lorsqu’il s’agit de choisir avec qui travailler. ”C’est des aventures humaines. Ce sont des gens chez qui je vois une belle parole, un truc à dire. Quand on parle, ça a une force, une beauté, donc j’ai envie de m’agrandir et de profiter de la beauté de quelqu’un.”

Mais quand il s’agit de mixer les genres, une petite aide n’est pas de refus ! “J’ai un producteur super qui aide là-dedans, parce que c’était un gros foutoir au début ! J’ai travaillé avec Rodion, un DJ électronique. Il est exactement dans ce carrefour de manière encore plus extrême parce que c’est un pianiste fan de Bach qui fait de la grosse électro minimale. Il a vraiment su mettre les choses à la bonne place.”

Culture Frenzy - Cleo T - Shine - Musique 2018
Cleo T. // Crédits F. Bussalai

Une recherche de la beauté

Visuellement, la recherche est tout aussi importante. L’artiste vise avant tout la beauté et la lumière. Elle décrit la beauté avec une vision très artistique, par la poésie ou la peinture. “La réalité peut toujours être changée et c’est ça le propre de l’artiste : poser son regard sur quelque chose et le montrer différemment.” C’est l’interprétation qui crée la beauté, “transfigurer le réel pour aller à quelque chose de supérieur.” Quant à la lumière, elle est devenue son inspiration pour les visuels des clips et de scène, et comme un but à atteindre.

Sur scène, les différentes formes d’art se mélangent pour ne créer qu’une œuvre. Cleo T. avoue qu’elle essaie de sortir de “la marge du concert” pour créer un spectacle vivant, une composition visuelle. Bien que cela nécessite de l’espace et du travail (elle a par exemple travaillé avec une compagnie d’arts numériques), la fierté de pouvoir créer quelque chose de différent est bien là.

Sa vision du monde et de l’art montre sa grande indépendance face à la société actuelle. “En musique, on veut que les choses aient un impact immédiat. Mais l’art c’est un temps très différent du temps qu’on expérimente au quotidien, surtout avec les réseaux sociaux. C’est un parcours qui se quantifie d’une autre façon.” Et c’est d’ailleurs en cela que l’art de Cleo T. passe beaucoup par la recherche et les influences, une volonté d’interpeller l’auditeur et/ou le spectateur. “J’ai du mal avec le fait que ce soit facile, qu’un morceau accroche dès le début. J’aime quelque chose qui me dit ’t’es prête à faire un effort spirituel ?’. Sans efforts, on trouve moins de choses. Même si la société nous mâche le travail, qu’elle nous donne avant qu’on ait demandé, il faut plus que jamais mettre son esprit à des sollicitations étranges pour aller chercher à l’intérieur de soi”.

Cleo T. est donc pour un esprit critique sur l’art, une capacité à discuter, à chercher et à comprendre ce qui nous est donné. Et c’est ce qui se passe avec sa musique : on plonge dans un monde totalement différent, on y voyage et on y découvre toutes ses influences, diverses, originales et singulières, tout comme elle.

Crédits: Fabian Albertini

Infos pratiques

Cleo T.
cleotmusic.com (site officiel)

Prochaines sorties
Shine (single) disponible le 11 avril.
And Then I Saw a Million Skies Ahead (album) en juin 2018

Prochains concerts à Paris
14 juin – Le Silencio
22 juin – Ground Control

Retrouvez-la sur…

youtube.com/cleotmusic

facebook.com/cleotmusic

instagram.com/cleotmusic

Publicités

Publié par

Aubane — 23 ans — Diplômée d'une licence de journalisme de la City, University of London. Contributrice cinéma pour Culture Frenzy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s