Justin Nozuka, « la nature est notre essence »

Le jeune canadien revient avec sa folk inspirante pour son nouvel album Run To Waters, dont la sortie est prévue le 18 mai. Un retour aux sources musical et personnel dans lequel chacun se retrouve. Par Aubane Lemaire

À seulement 29 ans, Justin Nozuka a déjà plus de 10 ans de carrière musicale derrière lui. Depuis son dernier album Ulysees en 2014, Justin Nozuka s’est recentré sur ce qui l’inspirait, sur sa personnalité en tant qu’artiste. La création de Run To Waters n’a pas toujours été facile. Après avoir passé deux ans à écrire de nouveaux titres et se dire qu’il avait atteint le stade final de ce nouvel album, Justin Nozuka l’a fait écouter à ses amis et ses collègues.

Les retours ne me plaisaient pas, explique-t-il, ça ne sonnait pas comme je le voulais. Je voulais un album avec des chansons de grande qualité. J’ai donc pris du recul, et j’ai pris une autre année pour tout réécrire. Je ne pense pas qu’il y ait une seule chanson du premier jet que j’ai gardée pour l’album.”

JustinNozukaHIGH_TIDE_FINAL_V23
Justin Nozuka, de retour avec son nouvel opus « Run To Waters »

Faire vivre l’album à son rythme

Run To Waters est déjà partiellement sorti. Justin Nozuka a fait le choix de sortir deux EP de trois chansons chacun. “Ça faisait longtemps que je n’avais pas sorti de chanson, rappelle-t-il. C’était aussi une opportunité de pouvoir commencer une petite tournée qui pourrait s’étendre dans la durée. Et puis mon album précédent était assez différent, donc c’était une sorte de réintroduction.” Et cela lui a déjà permis de faire connaître une partie de l’album en Amérique ou en Europe, entre autres.

Bien qu’aimant de la même manière le studio et le live, Justin Nozuka admet que la sensation est bien différente. ”Le studio c’est super quand tu arrives à faire le travail que tu souhaites, quand tu avances. Quand tu joues sur scène, c’est juste l’expression, tu joues le moment. En studio, tu essaies plutôt que tout soit parfait, donc c’est beaucoup plus intensif en général.” Mais en studio, il parvient à jouer la musique qu’il souhaite, sans pression extérieure : “Mon style de musique n’est pas forcément le plus populaire aujourd’hui, mais je ne pense pas vouloir changer mon son pour un plus ‘tendance’.”

Une évolution musicale nécessaire pour lui-même

Du recul, Justin Nozuka en a beaucoup pris depuis ses premiers succès. Suivant l’exemple de son grand frère, puis de l’un des joueurs de son équipe de hockey qui s’étaient lancés dans le chant, il a lui aussi franchi le pas à 12 ans. À 17 ans, il sortait son premier album Holly, avec des titres comme “After Tonight” ou “Criminal”. Puis quelques années plus tard vint Ulysees, un album jugé plus experimental par la critique et par Nozuka lui-même. “C’était un moment assez difficile pour moi parce que j’étais beaucoup en tournée, et j’étais tellement jeune quand j’ai commencé que je sentais que je devais prendre du temps pour moi et être dans un meilleur environnement. ‘Ulysees’ est un album que j’ai fait pour mon bien-être en réalité, j’avais besoin de faire cet album différent pour moi-même.

Si, selon ses mots, le Justin d’aujourd’hui est beaucoup plus posé, il pense pourtant être resté très proche du Justin du premier album. “Étonnement je ressemble plus à celui que j’étais à 17 ans qu’à celui que j’étais il y a deux ans ! Beaucoup de choses ont changé, mais je me sens encore plus ambitieux aujourd’hui, et je l’étais déjà à 17 ans.”

Par ces évolutions personnelles et musicales, Justin Nozuka est arrivé à un album calme, apaisant, guidé par la guitare acoustique qui reste l’indispensable de la musique folk, tout en gardant quelques influences du R’n’B qu’il écoutait depuis l’enfance. “J’ai grandi avec du R’n’B et je pense qu’on peut l’entendre un peu dans ma voix d’ailleurs !

Il met aussi en valeur le travail d’équipe sur cet album. Pendant l’écriture, Nozuka cherchait déjà un producteur, jusqu’à tomber sur Chris Bond. “On l’a contacté, il nous a répondu et a dit qu’il était intéressé pour faire une session. Donc on a fait la chanson Aurora ensemble, et j’ai adoré l’ambiance de notre travail. On a donc fait équipe et enregistré un peu à Toronto et un peu dans le Devon, en Angleterre, d’où il est originaire.

Justin Nozuka - Culture Frenzy - Musique 2018

Se reconnecter à la nature

Les origines, c’est d’ailleurs ce qui a inspiré le titre de l’album. “Run To Waters, c’est l’idée de retourner de là où l’on vient, à nos racines, quand quelque chose ne va pas. Et c’est essentiellement vers l’eau. On est tous faits d’eau, on vient de là.” C’est cette nature qui est la principale inspiration de Justin Nozuka aujourd’hui. Un endroit calme, où l’on peut se reconnecter avec soi-même dans un monde envahi par la ville et l’agitation. “Quand on y pense, la ville est aussi la nature parce que nous somme la nature nous aussi, précise-t-il. La nature est notre essence, c’est ce qu’on est, c’est d’où l’on vient. Mais la nature ‘saine’, celle qui n’est pas touchée par l’homme, disparaît.” C’est pourtant là où Justin Nozuka se sent le mieux : “quand on n’entend pas les voitures, qu’on entend juste le vent et qu’on est avec des amis proches ou de la famille”. Sa volonté aujourd’hui est de transmettre cette chaleur et cette énergie de la nature par la musique.

La pochette de l’album renvoie ce message. Des silhouettes au loin, seules dans un environnement quasi-désert. “C’est très minimaliste ! C’était la meilleure image pour l’album, je pense qu’elle le résume bien. Et ça fonctionne avec l’atmosphère, ça en montre bien l’énergie.” Et c’est l’un de ses meilleurs amis qui en est l’auteur. Un travail d’équipe qui prouve que l’inspiration est partout, même dans notre quotidien.

IMG_9525.JPG
Justin Nozuka pendant notre interview, entre deux grattes de guitare…

Pendant cette interview aussi “détente” que l’album lui-même (avec un gros bonus pour “Aurora” justement, dont la mélodie douce et positive vous entraîne dans un autre monde pendant quelques minutes), Justin Nozuka, qui jouait quelques accords sur sa guitare tout en discutant, a résumé ce nouvel opus en trois mots : naturel, apaisant et inspirant. Autour d’un feu ou lors d’un road trip, Run To Waters saura vous faire déconnecter de la réalité le temps de quelques chansons, et vous reconnecter à la nature qui nous entoure.

La playlist de Justin Nozuka ♫

Sa chanson du moment : Leon Bridges – Bad Bad News
La plus belle chanson jamais écrite : Debussy – Clair de Lune
La meilleure chanson pour faire la fête : Give Life Back to Music – Daft Punk

Infos pratiques

Justin Nozuka
Run To Waters

JustinNozuka-Run to water

Run To Waters, sortie le 18/05 chez Glassnote Records / Universal Music
Pré-écoute disponible ici

En savoir plus

Publicités

Publié par

Aubane — 23 ans — Diplômée d'une licence de journalisme de la City, University of London. Contributrice cinéma pour Culture Frenzy

Un commentaire sur « Justin Nozuka, « la nature est notre essence » »

  1. J’apprécie Nozuka depuis ses débuts et en particulier la chanson Save Him de son premier album Holly. Je suis en train d’écouter ce nouvel album que je trouve vraiment apaisé et folk comme j’aime. Encore un bon moment à passer avec de la bonne musique.

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s